L'intestin, cet inconnu qui vous veut du bien

Longtemps négligé, l'intestin passionne aujourd'hui un nombre croissant de charcheurs, de par la complexité de son fonctionnement et son intime relation avec le système nerveux central. Rebaptisé "deuxième cerveau", il jouerait un rôle capital sur notre forme physique, voire psychique. A la découverte du monde fabuleux qui nous habite.

Une grande richesse intérieure

Véritable chef d'oeuvre de la création, notre intestion compte 200 millions de neurones (c'est le système nerveux entérique) en connexion étroite avec notre "premier" cerveau. C'est ainsi que celui-ci est en permanence renseigné par notre intestin (un aliment ma digéré et la nausée se fait sentir) et vice-versa (une frayeur peut nous "tordre les tripes").
L'intestin abrite aussi une impressionnante population de bactéries. Auparavant appelé flore intestinale, notre microbiote ne compte pas moins de 100 000 milliards de bactéries diverses et variées. Au moins autant, voire plus, que le nombre de cellules du sorps humain.

A chacun sa mission

Ces micro-organismes ont chacun un rôle particulier : certains se chargent de dégrader les sucres complexes contenus dans les aliments pour fournir de l'énergie au corps, d'autres le protègent des bactéries pathogènes ou stimulent nos systèmes de défense naturelle, etc. Nous hébergeons ainsi toute une armée d'infatigables soldats qui ne rechignent jamais devant l'effort pour contribuer à notre bien-être physique et moral.

Et si tout se jouait dans l'intestin ?

Dans son ouvrage devenu best-seller "Le charme discret de l'intestin" (une seconde édition augmentée vient de paraître), la jeune étudiante en médecine Giulia Enders rend compte des découvertes les plus récentes sur l'intestion et son univers bactérien. Avec beaucoup de décontraction, l'auteur vulgarise les données scientifiques les plus poussées afin de nous réconcilier avec notre ventre. On apprend ainsi aujourd'hui, de nombreuses études valident le lien entre un dysfonctionnement/déséquilibre du microbiote et des maladies ou problèmes très divers : allergies, duabète, Parkinson, surpoids (même sur des personnes mangeant peu), mais aussi dépression et hypersensibilité au stress.

De nouvelles pistes pour aller mieux

Une bonne hygiène de vie intégrant un régime alimentaire favorable à notre microbiote pourrait-il profiter à notre bien-être, tant physique que mental ? L'action de certaines bactéries pourrait-elle renforcer l'efficacité des traitements médicaux et améliorer notre équilibre psychologique ?

L'étude approfondie du microbiote - qui n'en est qu'à ses débuts - ouvre de nouvelles voies de recherche thérapeutique et promet certainement d'encourageantes découvertes. A suivre.

Article rédigé par le praticien le 18/05/2018